Lien maritime : Cadix veut se rapprocher du Maroc

Croisière
Typography

Le port de Cadix, en Andalousie, s'efforce de récupérer la ligne maritime commerciale avec le Maroc, qu'il veut développer à partir de Casablanca.

La course des ports espagnols pour établir des liaisons maritimes avec le Maroc ne faiblit pas. Après Motril et Almeria, voilà que le modeste port de Cadix veut rejoindre le club.

La compagnie maritime Armas a annoncé qu'elle étudiait la (re)création d'une ligne maritime commerciale avec le royaume.

C'est Manuel Baeza, directeur des opérations de cet armateur espagnol qui a fait part des ambitions du groupe sous nos latitudes, lors d'une journée d'étude autour du trafic maritime de courte distance. Cependant, la compagnie ne se risque pas à avancer une date pour le lancement de cette prochaine liaison commerciale.

Les contraintes sanitaires et l'évolution instable de la situation épidémiologique obligent à la prudence. D'autant que la décision finale devra s'appuyer sur la bénédiction des autorités marocaines. En attendant, le groupe maritime reste confiant.

Selon Manuel Baeza, l'étude menée en 2018 confirme les atouts de cette ligne ainsi que ses avantages. Les promoteurs du projet se targuent également d'avoir une liste de clients, intéressés par les services offerts par ce projet ainsi que le navire qui devrait assurer cette liaison.

En principe, il s'agirait d'un service commercial avec deux départs hebdomadaires. L'entreprise a également déclaré qu'un troisième navire, destiné à la ligne Cadix-Canary, sera affrété pour renforcer cette nouvelle ligne maritime.

Si tout va bien, il est possible que la ligne démarre au cours de l'été ou au plus tard à l'automne, selon les pronostics d'Armas. Et c'est le port de Casablanca qui devrait relier les deux zones.

"C'est une opportunité de croissance", espèrent les promoteurs de cette connexion, qui reliera la capitale économique au port de Cadix, comme l'indique son président, Teof ila Martinez.

En réactivant cette ligne maritime fermée depuis 15 ans, le port de Cadix veut revitaliser son activité. Pour mettre toutes les chances de son côté, l'Autorité portuaire de Cadix a annoncé qu'à partir de juin prochain, elle a l'intention de soumettre une demande formelle au ministère espagnol des Transports afin que cette infrastructure portuaire soit intégrée au réseau transeuropéen de transport.

Cela devrait contribuer à la réalisation de ses grandes ambitions concernant la route euro-africaine. Les ports espagnols se positionnent désormais comme une alternative au méga terminal d'Algeciras.

Certes, l'établissement joue dans la cour des grands avec ses infrastructures ultramodernes, sa capacité à faire face à un trafic dense, et son expérience incontestée.

Mais d'autres ports espagnols veulent participer, à leur échelle, à cette juteuse compétition et grignoter une part du gâteau que sont les échanges entre le Maroc et l'Europe.

Actuellement, les établissements qui gravitent dans l'orbite du terminal d'Algésiras se présentent comme une solution fiable pour ceux qui veulent des routes maritimes alternatives et surtout abordables. C'est le cas, par exemple, du terminal de Motril.

La compagnie marocaine MCL a annoncé il y a quelques semaines qu'elle s'apprêtait à lancer sa première liaison avec ce terminal de la province de Grenade.

Elle devrait affréter l'Eurocargo Napoli, un cargo polyvalent qui navigue depuis 1995 sous pavillon italien. Mais il semble que la transaction entre la compagnie marocaine et le propriétaire Italian n'ait pas pu être conclue.

Ajouter un Commentaire
Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.