Opération Marhaba : "Le Maroc a porté un coup de 1,15 milliard d'euros à l'Espagne" (médias espagnols)

Portuaire
Typography

La Razon chiffre à 1,15 milliard d'euros le déficit total de l'élimination de la partie espagnole de l'opération Marhaba, dont 500 millions d'euros de ventes pour la traversée du détroit.

On estime que le passage annuel des Marocains en Espagne laisse environ 1 150 millions d'euros en dépenses naturelles : hôtels, nourriture, billets de ferry, stations-service... "De l'argent qui va s'évaporer complètement cette année", écrit La Razon.

Pour certains secteurs, comme le transport maritime, la perte est plus que considérable. Comme l'a déclaré le directeur commercial de la compagnie FRS sur Antena 3 Noticias, "la seule traversée du détroit représente 500 millions d'euros en termes de facturation". Une activité se développe autour de ces bateaux qui sera également gravement touchée. " Chaque arrêt d'un navire dans un port génère des milliers d'euros de chiffre d'affaires dans de nombreux domaines : le pilote, le remorqueur, le fournisseur, le prestataire, l'éboueur, la blanchisserie, tout un mélange Piedra, président d'Aesba, l'association des prestataires de services portuaires de la baie d'Algésiras, a déclaré à EFE.

"Tout comme Piedra, Miguel Alberto Díaz, chef de l'Union des services aux citoyens des commissions du travail de Campo de Gibraltar, a assuré que la mesure" étend la situation déchirante de centaines d'entreprises et le présent et l'avenir de milliers d'emplois dans les ports, y compris les emplois navals et navales Shore personnel des compagnies maritimes, les services aux passagers, les autorités portuaires, les agences de Voyage, le transport routier, quai, la réception, les stations de gaz, etc, une longue liste de familles qui craignent pour leur avenir, "journal conclut.

Ajouter un Commentaire
Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.