Les autorités ghanéennes enquêtent après l'apparition de 60 dauphins morts

Sécurité Maritime
Typography

Les autorités ghanéennes tentent de comprendre ce qui a provoqué l'apparition de plus de 60 dauphins morts sur plusieurs plages.

Les pêcheurs locaux affirment que ce phénomène est extrêmement rare.

Les autorités mettent en garde contre la consommation des dauphins et de diverses autres espèces de poissons qui se sont également échoués, car on ne sait pas encore ce qui a causé leur mort.

La Commission des pêches du Ghana indique que des échantillons ont été prélevés pour être analysés en laboratoire.

Des dizaines de dauphins ont disparu de la plage d'Axim, dans l'ouest du pays. On soupçonne qu'ils ont été enlevés par des personnes qui ont l'intention de vendre leur viande, rapporte le site d'information ghanéen Graphic Online.

"Les premières observations... n'ont montré aucune blessure/lésion sur leurs corps.... La couleur de la mer et la température sont normales", a déclaré le directeur exécutif de la Commission des pêches, Michael Arthur-Dadzie, cité par l'agence de presse AFP.

Des enquêtes ont été menées l'année dernière après des décès massifs de dauphins similaires dans d'autres parties de la côte africaine.

En février, 111 dauphins ont été retrouvés morts au large des côtes du Mozambique.

Selon une enquête préliminaire menée par le ministère mozambicain de l'agriculture, les dauphins pourraient avoir été pris à marée basse après le passage du cyclone Guambe.

L'année dernière, 52 dauphins morts ont été retrouvés sur la côte de l'île Maurice, dans l'océan Indien.

Une enquête menée par le ministère mauricien de la pêche a établi que la principale cause de mortalité était un phénomène connu sous le nom de barotraumatisme.

Ce phénomène résulte d'un brusque changement de pression qui peut être provoqué par divers facteurs, notamment un sonar militaire, un tremblement de terre sous-marin, des explosifs ou une éruption volcanique.

Ajouter un Commentaire
Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.