L'explosion des coûts du transport maritime fait grimper en flèche les prix des produits de première nécessité

Marine Marchande
Typography

La crise maritime, depuis la propagation du coronavirus, continue d'impacter lourdement le Maroc et ses habitants, à commencer par une flambée des prix des produits de première nécessité.

Un véritable casse-tête pour les décideurs publics et les opérateurs privés, dont les effets se feront également sentir sur le pouvoir d'achat des citoyens. Qui dit hausse des matières premières, dit hausse des prix des produits finis, dans tous les secteurs, y compris les produits de première nécessité.

Une hausse non sans conséquence qui s'explique par celles des conteneurs résultant d'une crise maritime provoquée par la propagation du coronavirus, comme l'a confirmé le secrétaire général de l'Union des commerçants et professionnels de Derb Omar, Saïd Farah.

" Le coût du transport maritime ne fait qu'augmenter, le conteneur qui coûtait 30 000 à 40 000 dirhams s'élève aujourd'hui à 200 000, 250 000 dirhams, ce qui a naturellement poussé les prix des produits de première nécessité à s'envoler ! ", a-t-il expliqué.

En effet, avant la pandémie, le prix du fret maritime Chine-Maroc pour un conteneur de 40 pieds était de l'ordre de 40 000 à 50 000 dirhams. Avec la hausse vertigineuse des prix, les opérateurs se sont retrouvés à payer au moins 200 000 DH par conteneur, et les pertes commencent à se faire sentir chez les commerçants et opérateurs marocains. C'est aussi un handicap pour plusieurs industries qui se retrouvent en retrait.

"Il y a deux problèmes qui touchent les professionnels du secteur, à savoir l'absence de sécurité sociale et l'augmentation du coût des conteneurs, sans oublier la douane ni ne compense les pertes puisqu'elle est aussi en augmentation", regrette-t-il.